INTERCDI

Pierre Coran écrit en vers libres, les prises de parole des monstres sont en quatrains rimés. La mise en image d’Élise Mansot est exceptionnelle et s’accorde parfaitement aux images poétiques de Pierre Coran.

Avec les chevaliers, l’illustration réinterprète les personnages d’Arcimboldo, suivie d’une présentation du peintre dans son époque et son influence sur les artistes du XIXè siècle. Un album sompteux !

Choisir Un Livre

Dans cet ouvrage étonnant, Pierre Coran s’approprie des œuvres picturales de Arcimboldo. L’objectif de la collection est de faire entrer le jeune lecteur dans l’œuvre d’art par l’entremise d’une fiction. Ainsi, plaisir des yeux et invitation à regarder la peinture autrement, se conjuguent-ils pour mieux comprendre les procédés utilisés par l’artiste, pour traduire ce qu’il voit, ce qu’il ressent. Le texte, court et simple d’accès, revêtant diverses typographies, accompagnent harmonieusement les illustrations qui emplissent l’espace, tout en laissant suffisamment de place au récit pour se déployer ici ou là. Et les dessins d’éviter le danger du pastiche et d’assurer leur tâche : faire voir les principes de composition, les thèmes, l’imaginaire et les coloris de prédilection de Arcimboldo. Un bel ouvrage, qui bénéficie d’une réalisation impeccable : couverture cartonnée et livrets cousus.

Pascale Pineau, Ricochet

Quatre saisons pour quatre tableaux et un album pour un peintre italien du XVIe siècle. Les portraits de Giuseppe Arcimboldo (1527-1593) comprenant des fruits, légumes et autres végétaux sont au cœur de cette histoire de chevaliers. Dans un château où vit la fée Natura, un vol vient d’être commis. Tous les légumes du potager ont été dérobés, à l’exception de trois oignons. En unissant leurs forces, Natura et les chevaliers vont vaincre des monstres et découvrir « la main voleuse ». Les chevaliers servants de la fée se nomment Printemps, Eté, Automne et Hiver. Tandis que le texte sert d’entrée en matière à l’univers pictural d’Arcimboldo, les illustrations d’Elise Mansot offrent un univers étrange avec des personnages aux têtes monstrueuses. L’illustratrice s’inspire des compositions du peintre pour construire sa propre ambiance, mise en valeur par une expression vigoureuse. Une quantité d’éléments sont juxtaposés permettant aux volumes de s’épanouir librement.

Voir toutes les critiques