Œil d’ailleurs

Le vol de La Joconde a fait couler beaucoup d’encre ! Pour fêter son centenaire, voici une histoire de cœur où Angelo va subtiliser la belle par amour fou ! Mais après deux ans de cohabitation avec elle, il va la ramener chez sa mère, ne supportant plus son regard… Par la suite, le tableau va être découvert et ramené sur Paris.

Les mots italiens égrenés au fil du texte, les illustrations fraîches et vraiment très drôles de Ronan Badel en font un album facile à lire et à comprendre. Oeil d’Ailleurs a apprécié le fait de pouvoir découvrir cette partie du travail de l’auteure G. Elschner à travers ce livre particulièrement réussi…

La collection "Pont des arts" permet d’entrer dans un tableau par le biais d’une histoire détournée, ce qui rend le tout très original. Elle peut également servir aux professeurs des écoles et des collèges travaillant sur le "portrait" auprès des élèves.

Lulu

La vertu pédagogique permet de comprendre la fascination qu’a toujours exercée le chef-d’œuvre de Léonard de Vinci sur ceux qui le regardent. Et ce depuis 1506. À commencer par le personnel du musée du Louvre. Vincenzo Perrugia dans la réalité, Angelo dans le livre : le vitrier italien tombe en pâmoison chaque fois qu’il voit sa Mona. "Molto bella !", fait dire l’auteure Géraldine Elschner à l’amoureux des arts, à l’amoureux de Mona Lisa sa compatriote.

Le dessinateur, Ronan Badel croque à merveille les rues de Paris, le sourire mystérieux de La Joconde et l’ambiance feutrée du musée. Ambiance feutrée, oui, jusqu’à ce que le vol soit avéré, un triste jour de 1911. Même les invités de La Cène, le tableau voisin, se bousculent dans le coin du cadre pour découvrir le mur… vide. "Evaporée, sfumata !". Elle ne sera retrouvée qu’en 1913. Les journaux tapissent alors les colonnes Morris de leurs gros titres : "Enfin !", "Mona est revenue !"

Comme avec tous les ouvrages publiés dans la collection Pont des arts, le lecteur apprend et s’amuse en même temps.

Les dernières pages du livre fournissent en effet des informations précieuses sur l’histoire du célébrissime tableau, reproduit fidèlement en pleine page en fin d’ouvrage (avec un Angelo prosterné à ses pieds sur la page d’à côté) et sur Léonard de Vinci lui-même.

Opalivres

Un très bel album, à l’illustration soignée, qui nous permet d’entrer dans l’histoire du tableau le plus célèbre du monde.

En fin d’ouvrage, une pleine page présente une reproduction de La Joconde et une double page finale présente Léonard de Vinci ainsi que Lisa Gherardini, épouse d’un gentilhomme florentin, qui lui aurait servi de modèle.
Deux petits paragraphes expliquent clairement le succès de ce tableau, dû à la technique du « sfumato » (fumée en italien) employée pour la première fois dans l’histoire de la peinture …
Enfin, l’histoire du vol est relatée succinctement. On y apprend, par exemple, que Picasso et Apollinaire faisaient partie des suspects…

Choisir Un Livre

L’Elan Vert et le CRDP d’Aix-Marseille s’allient ici pour proposer à travers un grand album amusant une façon ludique d’aborder La Joconde, Léonard de Vinci ou même la peinture avec des enfants. L’exemple caricaturé – mais historique ! - du vitrier italien tombé sous le charme de Mona Lisa pousse le jeune lecteur à rechercher pourquoi la jeune femme du tableau paraît si réelle, si attirante et semble suivre le spectateur des yeux…premier pas vers la critique d’art ! Le texte simple accumule avec humour les interjections italiennes. Les vivantes illustrations pleine-page aux couleurs froides bleutées donnent une idée du contexte de l’époque. Mona Lisa y est représentée à de multiples reprises jusqu’à la reproduction finale du tableau de Léonard de Vinci, et devient familière au lecteur. La double-page finale propose six courts paragraphes pour aller plus loin : « Qui est Léonard de Vinci ? », « Qui est Mona Lisa ? », « Pourquoi ce tableau semble-t-il si mystérieux ? », « Pourquoi le tableau est-il si célèbre ? », « A-t-on vraiment volé La Joconde ? », « La Joconde a-t-elle inspiré d’autres artistes ? ».

Voir toutes les critiques