Opalivres

Voici une histoire écrite avec beaucoup de poésie et d’émotion pour nous faire connaître Ousmane Sow, artiste sculpteur africain.
De très belles images à la gouache aux couleurs chaudes de l’Afrique accompagnent le texte.
En fin d’ouvrage, des reproductions de 2 œuvres majeures d’Ousmane Sow, - Guerrier debout et La Mère et l’Enfant - nous sont offertes avec une biographie succincte de l’artiste.

Nous Voulons Lire

[…] Les illustrations de Bruno Pilorget sont magnifiques, couleur de terre et de sable, très matiérées, mais l’unité vient aussi de ce rouge obsédant des vêtements qui fait signe à chaque page. Ce pourrait être signe de danger, de guerre ou de sang, mais ce rouge-là fait signe de vie, c’est un très beau livre à la fois de vérité crue et d’espoir.

Le Journal de Béziers

On connaissait la passion de Michel Piquemal pour la culture amérindienne. Cette fois, l’album illustré qu’il vient de publier, Omodou, guerrier masaï s’attache à l’Afrique. C’est l’histoire de Sékou, jeune villageois d’un pays d’Afrique noire en proie à la guerre civile, qui perd le contact avec sa mère en fuyant les attaques de soldats.
Sékou est un peu sorcier et fabrique des figurines d’argile, dont celle d’Omotou, guerrier masaï. Cette statuette va l’accompagner et le protéger jusqu’à ce qu’il retrouve celle qui lui a donné le jour.

L’auteur jeunesse biterrois a encore imaginé une belle histoire. Et il s’est associé une nouvelle fois à un illustrateur de talent, Bruno Pilorget, qui vit près de Vannes (Morbihan) et partage son goût pour les voyages. À eux deux, ils ont réalisé un album superbe.

Ce beau livre constitue par ailleurs un bel hommage à Ousmane Sow, sculpteur sénégalais dont il fait découvrir deux œuvres de sa série masaï : Le Guerrier debout et La Mère et l’Enfant.

La lecture d’un livre de Michel Piquemal n’est jamais « gratuite ». Cette fois, il propose un très beau texte sur la guerre, une histoire bouleversante mais aussi porteuse d’espoir. L’art y devient à la fois une porte de sortie et une armure. Outre l’hommage au talent d’Ousmane Sow, « j’ai voulu recadrer un certain nombre de clichés sur l’Afrique qui n’est hélas pas le paradis des animaux que les livres pour enfants continuent de montrer », précise Michel Piquemal.

Voir toutes les critiques